Publié le

5. Internationaler André Evard Preis

Développement de 1923 à 1924 de la rose figurative à la rose abstraite.

5ème PRIX INTERNATIONAL D’ART ANDRÉ  EVARD 
pour l’art constructif concret

03.11.2018 – 17.02.2019

Kunsthalle messmer décernera pour la cinquième fois l’un des prix d’art les plus importants au monde dans le domaine de l’art concret constructif. Les 100 œuvres sélectionnées fournissent un aperçu des travaux actuels et internationaux de la scène de la construction concrète. L’exposition présente un tableau de divers médias et langages formels, qui se réunissent sous le patronage du concret-constructif. Cette exposition montre clairement à quel point les artistes ont traité la même direction artistique de manière différente, individuelle et personnelle.

Un jury d’experts renommés sélectionnera le gagnant du prix hautement doté. Il est composé du collectionneur et fondateur du musée Marli Hoppe-Ritter de Waldenbuch, de Sabine Schaschl, directrice et conservatrice principale du Museum Haus Konstruktiv à Zurich, et d’Ewald Karl Schrade, galeriste et initiateur d’Art Karlsruhe. Le prix de 10 000 euros sera partagé entre les artistes des trois œuvres les plus convaincantes de l’exposition et un prix du public sera également décerné.

Les lauréats du 5ème prix international d’andré evard 2018 sont:

1ère place: Rüdiger Seidt (D)


Rüdiger Seidt, Circletetra, 2018

      2e place: Antonio Marra (I)       


  Antonio Marra, Die Weisheit der Seegurken, 2018

      3ème place: Christiane Grimm (D)


Christiane Grimm, Shades of blue, 2018.

Les places 4 à 8 sont allées par ordre décroissant vers Werner Dorsch (D), Mariano Ferrante (ARG), Laszlo Otto (HUN), OMI Riesterer (D) et Christian Rudolph.

Le prix du public est allé à Antonio Marra.
(Le gagnant du tirage au sort sera annoncé par nous)

ARTISTES PARTICIPAnTS 2018:

Dédié au prix de l’art André Evard (1876-1972), considéré comme un pionnier du modernisme suisse et qui s’est consacré de son vivant non seulement à la peinture figurative, mais surtout à la géométrie abstraite.

» André Evard hat sich nach vorne, ganz an die Spitze, verirrt, ohne vielleicht darüber bewusst zu sein. Er war den Weg eines Eugenbrötlers gegangen, ohne dass ihm hierbei der Gedanke gekommen wäre, dass er bereits einige Jahre Vorsprung vor seinen Zeitgenossen hatte […] «                                      – DAS WERK, Heft Nr. 4, 1927

Le terme constructif, dérivé du constructivisme des constructions en relief de Vladimir Tatlin et des œuvres suprématistes de Kasimir Malevich (1914), désigne une peinture et une sculpture abstraites et non objectives. La ligne, la surface et la couleur sont utilisées librement. Concrètement, la méthode de travail d’un artiste, qui décrit son travail selon un ordre prédéterminé, par exemple le concept géométrique-mathématique et fixe ainsi les limites de l’action créatrice spontanée.                            Au sens vrai, il n’est pas « abstrait », car il n’abstruit rien de ce qui existe dans la réalité matérielle, mais matérialise au contraire le spirituel, n’a pas de sens symbolique et est produit plus ou moins purement par construction géométrique. Le terme Art concret a été introduit en 1924 par Theo van Doesburg et défini par programme en 1930 dans un manifeste lors de la fondation du groupe « Art concret ». 

Décembre 2018
www.kunsthallemessmer.de
kunsthalle messmer via Facebook
kunsthalle messmer via Instagram

12,80 € Exclusivement dans notre magasin du musée