Dario Pérez-Flores

Dario Pérez-Flores avait apporté à Paris l’abondance fascinante de couleurs sud-américaines du Venezuela, disent-ils. Pour l’artiste, la couleur est un moyen d’exprimer sa créativité. Après ses premiers travaux, à l’époque encore avec des sculptures en métal mobile et en acrylique, Flores crée ses premiers travaux avec des grilles entraînées par un moteur. Ses œuvres représentent ainsi une relation symbiotique entre la couleur, l’espace et la profondeur.
Les panneaux strictement géométriques, ornés de tiges très fines, s’étendent également dans l’espace. Cela permet au spectateur de ressentir les bruits et les vibrations des images cinétiques au moindre mouvement. Ses talents sculpturaux combinés à ses compositions béton-constructives contiennent souvent de minuscules moteurs qui déplacent les tubes de couleur dans ses œuvres.

en 1935 au Venezuela
19571-1961 Etudes « Des Arts Plastiques de Valencia », Venezuela,
1965-1967  Literaturstudium,
1970 Déménagement en France
1970-1973 Etudes « Des Arts Plastiques » à Vincennes-Paris, France
Vit et travaille à Paris

Expositions (sélection)

Depuis 1971 de nombreuses expositions en France, en Italie, en Suisse et au Venezuela
De 1981 Artistes de la galerie Denise René avec des expositions et participations à des foires dans le monde entier

Gunter Frentzel

L’artiste suisse Gunter Frentzel crée des sculptures et des installations. Ses sculptures sont des structures de construction faites de tiges ou de bandes de fer fabriquées industriellement et de pierre non traitée. Les différents éléments de la sculpture sont maintenus ensemble par le simple principe de la force et de la contre-force, de sorte que les sculptures sont toujours dans un état de tension et peuvent se séparer à tout moment dès que l’état d’équilibre est perturbé. Dans leur simplicité radicale, ses sculptures s’approchent de l’art minimal. L’équilibre fascine l’artiste, mais aussi le fait que toutes les œuvres peuvent être facilement reconstruites dans un autre lieu. Cette légèreté caractérise également ses sculptures laser qu’il projette dans le ciel nocturne. L’artiste vit et travaille à Rüttenenen, en Suisse, depuis 1960.

1935 Berlin
1956 Diplôme de sculpteur (école d’art de Wiesbaden)
1957 Diplôme de tailleur de pierre
1960-1971 Directeur artistique d’une entreprise de sculpture sur pierre et de taille de pierre
1972 Artiste indépendant
1979 Première exposition personnelle à la Galerie Lydia Megert à Berne
1988 Prix spécial pour la sculpture et les installations du canton de Soleure
1999 Prix d’art du canton de Soleure

Alberto Magnelli

 

Travail dans la collection: Sans titre, 1957 – huile sur papier – 65 x 60 cm.

* 1er juillet 1888 à Florence ; † 20 avril 1971 à Meudon

Il apprend à peindre en autodidacte. En fait, il ne fréquente ni l’école ni l’académie d’art et préfère visiter fréquemment les musées et les églises. Jusqu’en 1914, par exemple, il a peint des tableaux figuratifs, à savoir des paysages, des personnes et des natures mortes. Par la suite, ses compositions sont devenues progressivement plus abstraites ; il les a appelées « tableaux inventés ». Sa première exposition individuelle a eu lieu en 1921. Dans les années 1920 et 1930, il a peint des paysages fantastiques qui se rapprochent de la peinture métaphysique.

L’artiste se rend à Paris à l’âge de 26 ans. C’est là que Magnelli rencontre Pablo Picasso et Fernand Léger, entre autres. Il atteint une maîtrise hautement estimée. En 1955 et 1959, Alberto Magnelli a participé à la documenta de Kassel.

De 1931 à 1934, il commence la série des « Pierres », dans laquelle il montre des formes inspirées par les carrières de marbre de Carrare (Italie). Ces pierres composites semblent raconter une histoire, l’artiste soulignant le doux drapé de l’austérité d’une architecture personnelle. A partir de 1934, il ne peint plus que de l’abstrait. Parallèlement à sa peinture, il a créé un ensemble d’œuvres composé de gravures et de lithographies.

Dans les années 1940, il réalise des collages dans lesquels il utilise de l’étain brûlé, de la toile d’emballage et de la peinture. Après la guerre, Magnelli préfère les compositions dans lesquelles les formes géométriques, les ellipses et les lignes sont peintes sur des fonds monochromes. Alberto Magnelli, à travers de nombreux détours qui ont progressivement créé son propre monde expressif, s’est affirmé dans l’ordre et la rigueur de l’abstraction géométrique.

Expositions (sélection)

1950 Biennale Venedig
1954 Palais-des-Beaux-Arts Brüssel
1955 documenta I
1959 documenta II
1963 Kunsthaus Zürich
1968 Museum für moderne Kunst in Paris

Roland Phleps

‘artiste Roland Phleps, originaire de Roumanie, est un artiste qui peut être affecté à l’art concret. Il n’essaie donc pas de dépeindre ou d’abstraire ce qui existe déjà, mais travaille dès le départ uniquement avec des formules et des éléments mathématiques géométriques. Ainsi, de simples formes géométriques de base telles que des carrés, des rectangles, des formes circulaires, des ellipses et des parallélogrammes déterminent ses œuvres. Il veut s’adresser aux sentiments émotionnels de ses téléspectateurs.

1924 à Sibiu / Transylvanie (Roumanie)
Vit et travaille à Fribourg
1945-1950 Etudes de médecine à Tübingen et Göttingen, examen d’Etat et doctorat à Tübingenbeitet à Freiburg
1983-1984 Expériences avec des constructions géométriques en tôle
à partir de 1992 Sculptures en tôle d’acier inoxydable cintrée, qui peuvent être affectées au style de « Concrete Art
à partir de 1993 Expositions personnelles et permanentes de sculptures dans l’espace public
1997 Fondation de la Fondation pour l’art du béton Roland Phleps

Expositions (sélection)

Depuis 1999, expositions individuelles et collectives avec ses propres sculptures dans la salle de sculpture construite par la fondation à Freiburg-Zähringen
participation à des expositions, entre autres à la galerie Neher, à Essen, à l’Université technique de Dresde et à la galerie Emilia Suciu à Ettlingen.

Roland Phleps

A. R. Penck

né en 1939 à Dresde

Expositions (sélection)

1968 « Avant-garde allemande 3 : A.R. Penck, Pictures », Galerie Hake, Cologne
1971 Connexion au groupe d’artistes Lücke
1975  » A.R. Penck », Kunsthalle Bern
 » A.R. Penck », Van Abbemuseum, Eindhoven
1976 Rencontre avec le peintre Jörg Immendorff, travail ensemble dans les années suivantes
1978 Musée Ludwig, Cologne
« A.R. Penck. Y.. Dessins jusqu’en 1975 », Kunstmuseum Basel
1980 Expatriation et relocalisation vers l’Ouest
1981 « A.R. Penck. Paintings », Sonnabend Gallery, New York
1982  « A.R. Penck », Galerie Lucio Amelio, Naples
« A.R.Penck. 45 dessins. Les couches de la conscience », Kunstmuseum Bonn
1984 Galerie Watari, Tokio
Waddington Galleries, London
« The poetry of vision », The Guinness Hop Store, Dublin
« A.R. Penck. Recent Paintings », Akira Ikeda Gallery, Tokio
1989 « A.R. Penck », Mary Boone Gallery, New York
« A.R. Penck. A Survey of Prints », Stuart Gerstman Galleries, Richmond, Australie
1995 « Couplet 4. A.R. Penck. Beelden/sculptures », Stedelijk Museum, Amsterdam
« A.R. Penck », Galleryism, Seoul
1997 « A.R. Penck », The Museum of Art, Kochi, Japan
2003 « A.R. Penck. Au-delà des guerres. Images de l’année 2002 », Galerie Michael Werner, Cologne
2013 „ Immendorff. Penck. Lüpertz. Œuvres d’une collection privée, municipale
Galerie im Leeren Beutel, Regensburg
2014 « Germany divided: Baselitz and his generation“, British Museum, London

André Evard

André Evard – Selbstportrait – 1913 © messmer foundation

André Evard est un artiste suisse qui a produit des œuvres abstraites-constructives dès son plus jeune âge et est donc considéré comme un pionnier du modernisme suisse. Il a refusé le marché de l’art et n’a jamais eu de galeriste pour s’occuper de lui. De ce fait, l’importance d’André Evard pour le développement de l’avant-garde suisse est de plus en plus oubliée et il ne reçoit pas la reconnaissance qu’il mérite. Il est resté solitaire toute sa vie,  a développé dès le début un langage pictural indépendant et un point de vue spécifique, qui se reflète également dans ses œuvres.

Evard est le cœur de la collection Messmer. Le collectionneur américain Henry Drake attira l’attention de Jürgen A. Messmer sur l’œuvre de l’artiste suisse, qui le fascina tellement qu’en 1978 il décida d’acquérir la majorité du domaine. La fondation messmer s’est donné pour mission de donner à l’artiste André Evard la place qu’il mérite dans l’histoire de l’art.

en 1876 á Renan (Suisse), décédé. 1972 in La Chaux-de-Fonds (Suisse)
1879 Après la mort de son père, s’installe dans la ville horlogère de La Chaux-de-Fonds (Suisse).
1902 Ouverture de la Maison d’art avec des produits artisanaux de style Art Nouveau.
1904 – 1906 Cours du soir à l’école d’art et d’artisanat locale « Ecole d’Art
1906 – 1909 Maître élève de Charles L’Eplattenier, fondateur du « style sapin », une forme particulière de l’Art Nouveau suisse. Parmi les amis d’Evard, on compte Le Corbusier, avec qui il a peint diverses villas privées, Georges Aubert, Octave Matthey et Léon Perrin.
1907 Voyage d’étude en Italie
1908 Les premiers collages sont créés
1908 – 1913 Travail en émail
1913 première composition géométrique-abstraite avec des caractéristiques cubistes
1923 – 1927 Vit et travaille à Paris. Rencontres avec Braque, Delaunay, Léger, Mondrian. Theo van Doesburg veut qu’Evard rejoigne le groupe « De Stijl ».
1924 – 1926 nombreux travaux de construction.
1936 Participation à l’exposition zurichoise « Problèmes de temps de la peinture et de la sculpture suisses
1937 Evard devient membre du groupe d’artistes nouvellement fondé « Allianz ».
1951 Rétrospective au Musée des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds

Bruno Erdmann

Bruno Erdmann était un artiste allemand d’Informel et de peinture sur béton.

en 1915 á Darmstadt, décédé en 2003 ibidem.
étudie à la Städelschule de Francfort avec Johann Vincenz Cissarz, Karl Peter Röhl et Franz Kalr Delavilla
1943-1944 Peintre de théâtre avec Max Fritzsche au Landestheater Darmstadt
1956 a rejoint la Nouvelle Sécession de Darmstadt.
1981 Prix Villa Romana suivi d’un séjour de dix mois à Florence.
1956-1968 paysages urbains
Peinture informelle avec un groupe « constructif » (1958 – 1960) et un groupe gestuel avec des images « nocturnes » (1960 – 1964
1964-1966 aquarelles gestuelles abstraites et collages à l’aquarelle
1967-1973 Collages sur papier japonais, d’abord gestuel-abstrait, puis géométrique-constructif.
1973 a recommencé à peindre

Depuis la fin des années 1970s, il recherche des thèmes tels que la surface et l’espace, le cadrage et l’encadrement, la lumière et le silence dans des compositions rectangulaires ainsi que les couches horizontales (et moins verticales) dans la réduction des couleurs.

Thomas Droll

Thomas Droll est un artiste qui est entré en contact avec l’art dès son plus jeune âge parce que son père était aussi un artiste. Ses connaissances de base sur le dessin, la peinture et ses techniques ainsi que sur la théorie des couleurs lui ont donc été transmises par son père.

en 1967 á Olten, vit et travaille à Olten.
1991 abandon de la vie professionnelle et entrée complète dans la peinture.
Depuis 2001 Peintre professionnel
à partir de l’année 2004 Propre studio à Olten

Thomas Droll

Suzanne Daetwyler

Suzanne Daetwyler, Auflösung Verdichtung, 2006, Acryl auf Leinwand, 84 x 88,5 cm © messmer foundation / Steven van Veen.

Le monde est chaos – le chaos est la règle. L’harmonie et l’ordre sont l’exception. Je suis fasciné par l’exception ! Suzanne Daetwyler est une artiste qui s’occupe à plusieurs reprises et combine habilement les deux opposés supposés des mathématiques et de l’art.

Née en 1948 á Bern (Suisse)
1982-1992 Etudes d’art avec René Acht, peintre, Fribourg i. B.
1991-2009 Membre de l’association d’artistes « VISARTE » Bâle 1994 – 2000 Participation à des expositions nationales de groupe ainsi que participation régulière aux expositions annuelles de Bâle et octroi de prêts artistiques
à partir de l’année 2000 nombreuses expositions dans des galeries en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas
2013 Exposition collective Musée Vasarely Budapest, Collection Grauwinkel 2016 Nominé pour le 4ème Prix Evard International 

Expositions (sélection)

1994-2000 Bâle Expositions annuelles et octroi de prêts artistiques
à partir de l’année 2000 nombreuses expositions dans des galeries en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas 2013 Vasarely Museum Budapest

Suzanne Daetwyler

Friedrich Geiler

Friedrich Geiler, sans couverture, 1981, acrylique sur toile, 80 x 80 cm © messmer foundation / Steven van Veen.

Friedrich Geiler est un artiste régional, constructiviste. Ses œuvres vont des peintures et des sculptures à la conception de façades et aux installations intérieures. Par rapport à d’autres artistes, les constructivistes comme lui ne disposent que de cercles et de carrés, que Friedrich Geiler utilise&nbsp habilement ; et réinterprète. Un cercle n’est pas toujours une surface, il peut aussi être un cerceau, ouvert ou cassé, enfermant un rien ou formant un espace ; il en va de même pour les carrés, parfois ils sont des rectangles, parfois ils sont plus larges, parfois ils sont plus longs – c’est à l’interprétation du spectateur de décider. Friedrich Geiler est aussi un artiste qui travaille fortement avec les couleurs. Cela lui permet de représenter les nuances du clair au foncé avec les coups de pinceau les plus fins.;

Friedrich Geiler

[:en]friedrich-geiler-ot o.T., 1981 © Sammlung Messmer[:fr]friedrich-geiler-ot o.T., 1981 © Sammlung Messmer[:]