Joan Miró – Le poète peintre passionné

25.06.2016 – 27.11.2016

En été 2016, la kunsthalle messmer s’est consacrée au célèbre artiste espagnol Joan Miró!

Le titre de l’exposition faisait référence à la relation de Miró avec la poésie. Cette relation traverse l’ensemble de l’œuvre de l’artiste et s’est déroulée à plusieurs niveaux. Cet aspect de son art devrait devenir clair dans l’exposition : Divisé en 12 salles, des œuvres importantes de son œuvre ont été exposées, du surréalisme unique et onirique des années 1930 à son œuvre tardive et sombre. L’exposition a donné une impression de l’œuvre de Miró dans son ensemble.

L’artiste lui-même était un lecteur passionné. 1700 livres ornaient sa vaste bibliothèque. Des noms importants tels que Dostojewski, Freud, Nietzsche et Goethe y étaient représentés et d’une importance essentielle pour les œuvres fantastiques de l’artiste.

La poésie, c’est aussi tout ce qui va au-delà de la langue. De cette façon, l’art de Miró est transcendant. Des processus psychiques prennent forme sur ses toiles. Les images et les impressions résultant des rêves et d’autres états du subconscient sont maintenues fermement. Il développe ainsi un langage pictural unique avec un caractère naïf fortuit, presque enfantin, pour lequel Miró est si célèbre…

12 Région sans frontières

30.04.2017 – 19.06.2016

De Kandern à Ottersweier en passant par Fribourg, de Rottweil à Schallstadt, le messmer de la kunsthalle de Riegel a regardé dans toutes les directions dans cette exposition spéciale. La vue s’étendait dans la région et pourtant bien au-delà. Parce que « 12 » réunit des artistes qui ont trouvé une signature indépendante et unique au cours des dernières décennies et dont les peintures, installations et sculptures sont connues bien au-delà des frontières nationales. Il s’agit naturellement de « lunettes » de Peter Dreher, d’une grande installation de Jürgen Brodwolf, de sculptures en bois de CW Loth, de peintures opulentes et de très nombreuses rencontres avec de « vieilles » connaissances.

Thomas Kitzinger, A3-11 à A7-11-2011, A6-05, 2005, huile sur aluminium © Thomas Kitzinger avec l’aimable autorisation de la galerie Albert Baumgarten, Freiburg

Les artistes participants étaient:

Werner Berges
Gerhard Birkhofer
Jürgen Brodwolf
Peter Dreher
Manfred Emmenegger-Kanzler
Elisabeth Endres
Angela M. Flaig
Thomas Kitzinger
CW Loth
Celso Martínez Naves
Wolfram Scheffel

10 ans de fondation messmer
Les points forts de la collection

4.10.2015 – 07.02.2016

ANTES | BRAQUE | EVARD | FONTANA | KLEE | MAGNELLI | UECKER| VASARELY

A l’occasion du 10ème anniversaire de la fondation messmer, la fondation ouvre ses dépôts et présente une collection unique de ses œuvres les plus importantes dans la kunsthalle messmere. L’exposition réunit des artistes de renom tels que Georges Braque, Carlos Cruz-Diez, André Evard, Lucio Fontana, Paul Klee, Alberto Magnelli, Günther Uecker et Victor Vasarely. Sur la base de ces importants représentants de l’art abstrait, l’exposition donne un aperçu passionnant des liens historiques entre l’art moderne classique, l’Op Art, l’art cinétique et l’art concret-constructif.

L’un des points forts de l’exposition est consacré à l’art de l’avant-gardiste suisse André Evard, dont le fondateur Jürgen A. Messmer a acquis une grande partie de la succession en 1978 et qui est désormais gérée par la fondation messmer. Au cours de sa longue vie, Evard a créé une œuvre extrêmement polyvalente et très personnelle, ce qui explique pourquoi il est décrit à juste titre comme un pionnier du modernisme suisse. Dans la juxtaposition de ses premières œuvres émaillées et de ses séries importantes telles que « Les roses, « Le couvert », « Symphonia », « Compisition abstraite » et « Kabuki », le développement artistique unique d’Evard, de l’Art Nouveau à ses œuvres géométriques constructives, est clairement démontré.

Alors que les œuvres cubistes et constructives d’André Evard et de Georges Braque ouvrent la porte à l’abstraction dans la première moitié du siècle, les artistes après la Seconde Guerre mondiale élargissent le répertoire non figuratif et pénètrent des domaines totalement nouveaux : Ainsi, l’Op Art traite du phénomène de la perception, l’Art cinétique intègre spécifiquement le mouvement dans ses œuvres, et les directions concrètes-constructives cherchent une manière puriste d’incarner le spirituel sur la base de principes mathématiques-géométriques. Le large spectre va des compositions géométriques pulsantes de Victor Vasarely et Bridget Riley aux tableaux vibrants à rayures de Carlos Cruz-Diez, aux œuvres perforées de Lucio Fontana et aux constructions claires et harmonieuses d’Anton Stankowski et Klaus J. Schoen.

La collection, qui comprend aujourd’hui plus de 1 000 œuvres d’art de plus de 150 artistes importants, offre un aperçu fascinant des « 10 ans de la Fondation messmer » avec ses expositions. Avec des œuvres de premier plan de quelques-uns des artistes les plus importants du XXe siècle, cette exposition de premier ordre offre une vue multidimensionnelle des diverses tendances de développement de l’art abstrait.

Andy Warhol
King of Pop Art

du 2 mai au 13 septembre 2015

Avec « Andy Warhol – King of Pop Art », la kunsthalle messmer expose le plus grand représentant du pop art américain et l’une des personnalités les plus énigmatiques du 20ème siècle. Comme aucun autre artiste, Andy Warhol a révolutionné le langage visuel contemporain et changé durablement notre conception de l’art. Ses séries de stars du cinéma et de la politique, de boîtes de soupe et de billets de dollars appartiennent depuis longtemps aux icônes de l’histoire de l’art. La série comme moyen d’expression artistique est devenue la signature de Warhol et la sérigraphie son médium artistique le plus populaire. L’exposition met en lumière les étapes les plus importantes de son parcours artistique. Elle débute avec une sélection de dessins de jeunesse des années 1950 et documente l’évolution novatrice de Warhol, de ses débuts comme graphiste jusqu’à son statut de roi du pop art.

Fils d’immigrés ruthènes originaires d’Europe de l’est, élevé dans un quartier pauvre de Pittsburgh, Warhol incarne par sa carrière le « rêve américain », passé d’enfant pauvre et malade à graphiste couronné de succès à New York puis star de la scène artistique internationale. Pour atteindre ce rêve, il a usé de tous les moyens, évoluant aussi bien dans les cercles underground que dans les milieux new yorkais branchés de la fête. Il a toujours su provoquer et choquer son public par les sujets de ses œuvres et par son mode de vie. Étudiant au Carnegie Institute of Technology à Pittsburgh, il avait déjà sapé le culte de la « main de l’artiste » en recopiant ses dessins et en les faisant colorier par des amis. Un principe qu’il a poursuivi dans sa légendaire Factory à Manhattan, dont le nom indiquait déjà le programme : Andy Warhol ne considérait plus l’atelier de l’artiste mais l’usine comme lieu de production de son art. C’est là qu’ont été produites ses célèbres sérigraphies Marilyn Monroe et Campbell’s Soups.

L’art et le commerce se mêlent sans cesse dans l’œuvre de Warhol et dans la marchandisation de sa personnalité. Ce qui avait commencé dans les années 1960 à la Factory a atteint un nouveau sommet dans les années 1970, lorsque Warhol réalisait pour 25 000 dollars le portrait de toute personne prête à payer cette somme. Le principe de la série se retrouve dans l’ensemble de son œuvre artistique, il est l’expression de sa pensée. La série représente la production industrielle massive, mais aussi une démocratisation des habitudes sociales : car tout Américain boit un Coca Cola ou mange une soupe Campbell, du président au plus modeste ouvrier.

Un des moments forts de l’exposition est la série complète des dix Marilyn, que Warhol a commencée quelques jours après le décès tragique de l’actrice. L’artiste a ainsi créé non seulement une de ses séries les plus célèbres, mais il a aussi immortalisé la star d’Hollywood Marilyn Monroe comme icône de l’art moderne et de la culture populaire. D’autres œuvres phares, comme le portrait grand format de Goethe, les séries Campbell’s Soups, Mao et Flowers, ainsi que Flash, sur l’assassinat de Kennedy, font de cette exposition de haut niveau une expérience inoubliable.[:]

Autres expositions

Messmer & Friends – Aperçu de la collection
29 octobre 2011 – 25 février 2012

Eau Fantaisie et réalité – Les facettes d’un élément
2 juillet 2011 – 23 octobre 2011

Kinetik Art in Motion – De Tinguely via Soto à Vasarely
26 février 2011 – 26 juin 2011

Gerd Grimm pour 100. anniversaire : mode, filles, métropoles
13. novembre 2010 – 20. février 2011

Salvador Dalí Tirages de la Collection Pierre Argillet
5 juin 2010 – 10 octobre 2010

Le TOP 80 | 2ème Prix Evard International 2010
International, haut de gamme, constructif en béton

Du 6 mars 2010 au 20 mai 2010
600 artistes de 33 nations différentes ont participé au 2e Prix international André Evard en 2010 et ont soumis des œuvres des domaines de la peinture, du graphisme et de la sculpture. 80 artistes de haut niveau ont été nominés pour le prix lors de plusieurs procédures de sélection et présentés dans une exposition collective.

Victor Vasarely 50 ans d’art constructif à Paris
17 octobre 2009 au 21 février 2010

Würdigung von André Evard
9 juin 2009 au 27 septembre 2009