Publié le

Christo et Jean-Claude – Objets, Dessins, Collages, Collages

28.01.2017 – 18.06.2017

L’exposition de la kunsthalle messmer se compose d’une centaine d’objets – dessins, collages, objets, graphiques et photographies – qui présentent l’évolution artistique de ces artistes exceptionnels vers des œuvres d’art toujours plus sophistiquées et sophistiquées. Il montre toutes les périodes créatives importantes, illustre et documente les méthodes de travail et couvre un large éventail d’œuvres, depuis les premières œuvres jusqu’à des projets mondialement connus tels que les « Îles entourées », le Pont Neuf, les « Parapluies » au Japon et en Californie, le Reichstag voilé à Berlin et les « Gates » à New York.

Christo et Jeanne-Claude – deux noms qui sont immédiatement et indissociablement liés dans notre mémoire à une œuvre unique ! L’artiste américain de renommée mondiale, né en 1935 à Gabrowo, en Bulgarie, continue d’inspirer avec ses projets artistiques spectaculaires et extrêmement ambitieux, dans lesquels il transforme toujours des idées merveilleusement folles en réalité avec beaucoup de charme, d’esprit et un esprit analytique pointu. Les expériences artistiques uniques et formatrices, le plus souvent présentées en plein air, restent ancrées pendant des décennies dans la mémoire artistique collective d’une société entière.

Le couple d’artistes finance lui-même ses projets et permet aux visiteurs d’y participer gratuitement. Les œuvres d’art temporaires, que l’on ne peut admirer que quelques jours ou quelques semaines, se perpétuent à travers dessins, photos, collages et éditions et restent ainsi intactes au-delà de la durée du projet.

Au début de sa carrière, Christo a surtout attaché des objets du quotidien avec de la ficelle, du papier, du tissu et du ruban adhésif – sa réponse critique à l’exagération iconique des produits commerciaux propagés par les artistes du Pop Art et à l’esthétique des emballages de notre société qui recherchent toujours plus la perfection. Cependant, il serait trop unidimensionnel pour réduire ses œuvres à de simples critiques des consommateurs. Il s’agit plutôt d’expériences et de jeux avec l’esthétique d’un objet voilé, d’un bâtiment ou de parties d’un paysage temporairement cachées au regard du spectateur, mais qui sont toujours reconnaissables dans leurs contours et restent donc une mémoire d’eux-mêmes.